Podcast BABYMETAL épisode 1: le premier podcast francophone sur le groupe kawaii metal BABYMETAL

Premier épisode du Podcast francophone sur BABYMETAL!

Podcast

À ne pas manquer Mardi 16h00 je lance un nouveau show mensuel avec 2 amis francais, nous allons faire une chronique mensuel sur babymetal et le phénomène kawaii metal, qui donnera naissance ensuite à une nouvelle chaine qui se spécialisera dans la musique japonaise et coréenne

Un podcast francophone dédié à BABYMETAL

À ne pas manquer Mardi 16h00 je lance un nouveau show mensuel avec 2 amis francais, nous allons faire une chronique mensuel sur babymetal et le phénomène kawaii metal, qui donnera naissance ensuite à une nouvelle chaine Youtube qui se spécialisera dans la musique japonaise et coréenne.

KOBAMETAL DONNE SON OPINION SUR LE TRIO JAPONNAIS

KOBAMETAL fondateur et directeur de BABYMETAL dans cette interview de Metal Hammer parle de toutes les réactions qui ont eu lieux autour du groupe.  Il parle aussi de si elles avaient paru 10 ans plus tôt.
1280x720

 

« Kobametal a crée le trio – Su-Metal, Yuimetal et Moametal – et ensemble les a réunis en un groupe d’idole et en a fait un phénomène mondial, mais tel un metalleux qu’il est, il admet qu’il n’aurait pas été un fan si elles auraient bouleversées la scène il y a 10 ans.

Il confie au magazine Metal Hammer: «Si babymetal serai apparu il ya 10 ans, j’aurais été une de ces personnes qui dit qu’elles ruinent le métal.

« Mais la raison pour laquelle je voulais créer babymetal est que de tous les genres de musique, le métal est le seul qui est ouvert à tant de types différents. Il y’a le rap-metal, metal mélodique, power metal et le black metal.

« Autant que la scène métal est très fermé d’esprit, il est ouvert à tous les différents types de musique. Voilà pourquoi babymetal est ici en ce moment. »

Babymetal sont les stars de la couverture du dernier numéro de Metal Hammer.

ssu

-Source: Metal hammer: http://metalhammer.teamrock.com/news/2015-07-21/babymetal-boss-on-his-vision-for-the-japanese-trio

BABYMETAL LEGEND 2015  » NEW YEAR FOX FESTIVAL ”

Voici une bonne nouvelle qui vient de tomber pour tous les fans de Babymetal, hors du Japon!

Babymetal offre leurs tickets de réservation via une sorte de loterie ( raffle ), qui permettra aux fans de babymetal partout dans le monde de profiter de cette offre. Le participant ne pourra demander que 4 billets au maximum et les recevra le jours du concert a la billetterie! Mais n’espérez pas trop, ces tickets gagnés ne sont pas données, au moments du concert a la billetterie, il vous faudra payer ces tickets gagné en carte de crédit!

2015

Ce n’est pas pour vous décourager, mais nul part est-il écrit que le voyage était offert, et un séjour au japon, c’est assez couteux.. Le nombre de tickets mis dans cette loterie est encore inconnues, mais je penses bien qu’il n’y en ai pas assez pour touts les participants!

Si vous voulez vous aussi y participer et peut-être gagné une chance d’assister au concert, voici le lien: http://www.pia.co.jp/en/babymetal/

Je souhaite un bonne chance a touts les participants et j’espère aussi que vous pourrez y aller!

 

Babymetal: le rock des lolitas à la conquête du monde

ALASTAIR HIMMER
Agence France-Presse
Tokyo
Avec son étonnant mélange de pop et trash metal baptisé «kawaii metal», le groupe Babymetal a déjà séduit les foules au Japon, mais ce trio de lolitas rêve désormais de conquérir le monde.

Jupes rouges en tulle, indispensables couettes et ongles d’ébène: ces jolies lycéennes n’ont pas froid aux yeux.

«Notre but n’est pas d’être numéro un, nous voulons tout simplement être les seules», lance la chanteuse Sumetal du haut de ses 16 ans, lors d’un entretien accordé à l’AFP en marge du récent festival Summer Sonic de Tokyo.

Babymetal a surgi sur le devant de la scène en 2011 avec le succès du single Doki-Doki Morning sur la plateforme de vidéos en ligne YouTube. S’en est suivie une nuée d’invitations à des festivals aux côtés de géants comme Metallica, Iron Maiden et Anthrax.

Et puis un jour, elles ont reçu un coup de fil de Lady Gaga qui leur proposait carrément de l’accompagner dans sa tournée. «On n’arrivait pas à y croire!», raconte, surexcitée, Sumetal. «Elle nous a dit de continuer à travailler dur pour devenir les meilleures. Elle est stupéfiante, elle a un tel pouvoir».

À l’étranger, ces «idoles» – des nymphettes adulées promues à l’excès – ont fait sensation, détonant dans le monde du métal qui côtoie peu le courant majeur sirupeux de la culture pop japonaise.

«Quand les gens nous ont vues pour la première fois, ils étaient juste bouche-bée», rapporte Sumetal. «Ensuite ils se sont vraiment pris au jeu et ont même commencé à porter des t-shirts Babymetal».

84c52c1e0776e60dad78cfe05822b3f2

Des lycéennes ordinaires

Il y a quelques années à peine, toutes trois n’avaient «aucune idée de ce qu’était le heavy metal», reconnaît Yuimetal, 15 ans. «Au début, nous en avions une image effrayante et c’était difficile d’approcher les autres artistes. Je ne suis pas sûre que nous comprenions encore parfaitement le genre».

«Mais nous avons rencontré beaucoup de groupes et ils ont tous été adorables avec nous», poursuit-elle, citant l’exemple de Metallica, «tellement cool». «On avait l’impression que c’était des oncles à nous», sourit la jeune fille derrière sa frange noire.

Leurs spectacles, accompagnés de musiciens aux airs de fantômes, sont ponctués de déhanchements frénétiques, battements de cils et envolées suraiguës, devant un public survolté mêlant des adolescentes grimées à leur image à des fans de heavy metal d’âge mûr.

«Nous avons encore le trac mais une fois là-haut, les dieux du métal nous protègent», glousse Moametal, 15 ans aussi, en référence à leur groupe, avant d’évoquer «le frisson» de la scène.

Loin des lumières, les pétillantes starlettes assurent être des lycéennes ordinaires. «À l’instant même, nous sommes Babymetal, mais habituellement nous sommes juste des élèves normales. Nous faisons de notre mieux pour combiner nos deux vies», confie Yuimetal. Et d’ajouter que leur succès doit beaucoup au soutien de leurs parents.

«Ma mère n’est pas le genre de personne qui écouterait normalement du heavy metal», explique-t-elle, «pourtant c’est une grande fan de nos chansons».

«C’est génial d’être dans Babymetal», conclut Moametal.

BABYMETAL: 10 raisons pourquoi elles vont devenir des superstars

BABYMETAL est un cas amour/haine qui déchaîne les passions partout sur le web musical, ceux qui n’aiment pas, les détestent et se réveillent la nuit pour les haïr encore plus et ceux qui les aiment, les adulent et les idolâtrent comme si de nouvelles déesses du métal étaient descendues sur terre afin de révolutionner le métal et sauver leur âme perdue, comme moi :p .

421fb4b14097600e26956893920b1e3f

Par contre, avant de critiquer ou détester il faut savoir d’où vient BABYMETAL. En effet, elles ne connaissaient pas le métal avant de commencer le groupe, qui n’était pas un groupe formel au début, mais plutôt un sous-projet qui faisait partie d’un groupe d’idoles japonaises se nommant Sakura Gakuin et ce projet de club «métal» n’est qu’un des nombreux sous-projets qui fait partie de Sakura Gakuin.

Les autres projets sont aussi très addictifs et il faut écouter avec précaution pour ne pas virer totalement gaga. Que ce soit Twinklestars, Mini-Patissier, SCOOPERS, sleepiece, Pastel Wind ou bien Kagaku Kyumei Kiko LOGICA. Ces groupes sont tous plus addictifs les uns que les autres avec leurs mélodies bonbon et leurs esprits bons-enfant. Je ne sais pas ce que les producteurs font, mais il créent des vers d’oreilles d’une manière industrielle. Qui pourrait dire que YuiMetal et MoaMetal seraient aussi «kawaii» dans le groupe Mini-Pati et leurs habits de chef cuisinière!!

Par contre, ce qui a changé la donne, c’est que BABYMETAL a décollé comme une fusée avec son premier clip Doki Doki Morning qui est devenu une succès viral instantané et qui est même sortie du Japon et s’est ramassé un peu partout dans les médias métal mondial. Mais encore, pour comprendre BABYMETAL il faut comprendre le monde des idoles japonaises et le fonctionnement des agences de talent qui recrutent les filles dès le plus jeune âge pour les former et en faire des idoles.

Les débats qui ragent partout sur le web metal et les détracteurs du groupe ne sont pas ouverts et ne comprennent pas et/ou ne sont pas intéressés à comprendre d’où elles viennent et pourquoi elles sont là. Tout ce qu’ils voient ce sont des adolescentes en tutu qui dansent sur un mélange de métal et de Jpop, et ils détestent ce mélange et c’est tout, sans se questionner. Et les élitistes fous.. Préfèrent croire dans leur tête que BABYMETAL n’est pas métal, quand c’est en effet un groupe très métal (j’ai 40 ans et j’écoute du rock et du metal depuis que j’ai 13 ans et je connais le metal et je peux vous garantir que BABYMETAL est un groupe metal).

Mais comme dit un des rédacteurs de Metalsucks: il y a le vrai métal, le faux métal et BABYMETAL. Un concept unique en son genre et jamais vu qui risque de faire des petits, c’est presque une pièce de théâtre avec ses personnages, ses routines de danses, ses intros animés et sa mythologie du dieu renard, le tout joué sur un mélange de metal, de jpop, de dubstep, de reggae et de hip hop dans un langue qu’on ne connait pas (le japonnais), un peu comme Rammstein à l’époque de l’album Sehnsucht.

Attendez-vous de voir débarquer des groupes comme Aldious, Doll$Boxx, Kamen Rider Girls ou bien Fruitpochette pour voir encore les metalleux saigner leur âme sur l’hôtel du métal à dire que ce n’est pas du vrai métal.. Ça va être très drôle. Mais entre-temps voici pourquoi les filles de BABYMETAL sont nées pour être des superstars.

babymetal metal hammer

10 raisons pourquoi elles vont devenir des superstars

1- Les haters

Les haters détestent BABYMETAL avec passion, de toute ma vie je n’ai jamais vu autant de haine dirigée vers un seul groupe. Slipknot, Korn et Avenged Sevenfold ne sont rien comparé au sentiment de haine que peut provoquer BABYMETAL chez les élitistes du métal, en fait chaque article de BABYMETAL posté sur les sites référence du métal comme Metal Hammer, Metal Injection, Blabbermouth, Metal Sucks, Metal Underground et autre devient un véritable spectacle carnage où adorateurs du groupe se frottent aux détracteurs primaires dans des combats verbaux sans merci.

L’histoire de la musique nous a enseigner que le degré de haine est souvent proportionnel au degré d’amour et de popularité qu’un artiste va acquérir avec les années, si nous analysons toute la haine qui est dirigée vers les filles de BABYMETAL et bien nous ne pouvons qu’en déduire que ces filles vont exploser et devenir des superstars que vous le vouliez, ou non, les haters :).

Vous savez pourquoi les haters détestent BABYMETAL? parce qu’ils savent très bien qu’elle sont partie pour la gloire et qu’ils ne peuvent rien faire contre cette machine et ils se sentent impuissant.

2- BABYMETAL est du jamais vu dans le métal.
Vous pouvez imaginer 3 adolescentes japonaises de 15 et 16 ans chantant sur le chocolat (Gimme Chocolat) sur une musique digne du thrash métal de Metallica, qui décrient le harcèlement chez les jeunes (Ijime, Dame, Zettai) sur un power métal qui rivalise avec DragonForce, qui implorent et manipulent leur père de toute sorte de façon pour avoir les choses qu’elles veulent (Onedari Daisakusen) sur un métal rap que Lim Bizkit a toujours rêvé d’écrire, ou bien sur la fête de ses 15 ans, une soirée spéciale ou une ado va à son premier concert rock (Headbanger!!).

Ce qui fait que le groupe est encore plus spécial, mais qui dérange aussi beaucoup de métalleux, c’est que les filles font des chorégraphies de danses ultras complexes qui nous font penser à un concert de musique pop.

babymetal, slayer, carcass, deftone, anthrax

3- Les vidéos de fans sur YouTube.

Il y a des centaines sinon des milliers de vidéos d’admirateur de toute sorte partout sur le web. Les fans s’amusent à faire les chorégraphies, des reprises des chansons à différents instruments, ils vont utiliser la musique pour des Walkthrough de jeux vidéos, il y a des vidéos de réaction et plusieurs chroniques de l’album, des concerts, des chansons et du groupe lui-même. Même les grands ténors du YouTube métalliques tombent sous le charme de BABYMETAL. Un vidéo avec le nom BABYMETAL dans le titre attire inévitablement des milliers de cliques au Youtubers.

4- La majorité des chroniqueurs des gros sites de heavy métal tombent sous le charme de BABYMETAL.

Que ce soit Metal Hammer, Metal Injection, MetalSucks, Blabbermouth et même Metal Underground ont fait un podcast sur le sujet, la grande majorité des médias métal en ont que pour BABYMETAL depuis quelques mois. Même le chroniqueur Dom Lawson adore le groupe et défend le groupe dans le clip ci-dessus. Au Québec, nous avons Boulevard Brutal et Musik Universe

5- BABYMETAL buzz dans plusieurs médias grand publique

Elle sortent même des médias traditionnel musical pour faire les gros site de nouvelles grand public comme USA Today, Time, The guardian, la BBC, Los Angeles Times, OC Weekly ou bien le Japan Time et le Billboard et au Québec, ça commence à se réveiller, mais c’est encore endormie dans un someil profond et nous passons encore une fois à côté d’un buzz. Alors que le groupe sera de passage au heavy Montréal, nous avons Voir qui semble le seul à connaitre le groupe, mise à part TVQC qui semble allumer…
babymetal canada

Le premier album qui est sorti en février dernier s’est très bien positionné sur le marché mondial!
U.S. World Albums: 2
U.S. Hard Rock Albums: 12
U.S. Heatseekers Albums: 4
U.S. Billboard 200: 187
U.S. iTunes Metal Charts: 1
U.K. itunes Metal Charts: 1

6- Elles enflamment les médias sociaux.

En anglais on nome ça «clickbait», quand un média poste un lien concernant BABYMETAL le publique s’enflamme et les débats font rage entre adorateurs du groupe et détracteurs haineux. Cela crée des milliers de likes Facebook et des centaines de commentaires et de partage à chaque fois qu’un média parle de BABYMETAL.

Quand un autre groupe par exemple Carcass poste une photo prise avec les filles de BABYMETAL, c’est la folie furieuse et nous assistons à une véritable guerre de tranchées. Comme vous pouvez voir ici, Jeffrey Walker de Carcass a posté une photo avec les filles et comme résultat plus de 15 000 likes, 1300 partages et 1019 commentaires et c’est toujours la même situation à chaque poste qui concerne BABYMETAL sur Facebook. PERSONNE n’est indifférent à BABYMETAL.

7- Plusieurs artistes en ont que pour BABYMETAL

7f478990983eeec33e6f9906a110a7671403046638_full

Plusieurs artistes de plein de styles musicaux sont en amour avec BABYMETAL. Ces artistes se présentent à leurs concerts, se prennent en photo avec elles et en parlent sur leurs comptes Twitter, Instagram et Facebook. Même que Lady Gaga, elle-même, les a invités pour ouvrir sa tournée ArtRave pour 5 dates dans l’Ouest américain. Même réaction du publique de Lady Gaga, plusieurs sont tombé sous le charme irrésistible de Suzuka Nakamoto, Yui Mizuno et Moa Kikuchi, alors que d’autre ont carrément détesté. De plus, les fans de Lady Gaga ont prouvé hors de tout doute que BABYMETAL est un groupe metal par leur réaction exacerbé comme par exemple cette femme qui s’est exprimée sur Ticketmaster

The concert opened with a band of adolescent girls with guitars screaming and dancing around the stage, performing a very « heavy metal » sequence of songs that actually gave me a pounding headache. I am a very young, vibrant person so this really shocked me and I had to get up and actually leave the arena at one point because I could no longer tolerate being yelled at.

The opening act that went on just after 7:30 (show start time) was AWFUL! 3 Japanese girls playing speed metal, just noise, no melody.

D’autres commentaires plus positif

Baby Metal opener was bizarre but talented. Baby Metal was insane. Enjoyed Baby Metal. babymetal preformed very well.

Quelques images de concert comme «opening act» pour Lady Gaga

Au dernier festival Sonisphere, le plus gros festival métal rock d’Europe, elles se sont fait prendre en photo avec une pléiade d’artistes légendaires tels que Carcass, Anthrax, Slayer, deftone et plusieurs autres. Des membres du groupe DragonForce et Yoshiki du groupe X-Japan se sont même présentés à leurs concerts!

Des artistes établis et très populaires à travers le monde tweet à propos de BABYMETAL. Des artistes aussi variés que les japonnais Kyary Pamyu Pamyu et Yoshiki parle du groupe. Des artistes internationaux comme Garbage, Dead Kennedy’s, Matt K. Heafy du groupe Trivium, Pete Wentz de Fall Out Boy, Lzzy Hale du groupe Halestorm.

8- Le Kami Band est extraordinaire.

BABYMETAL c’est également le Kami Band, qui est le groupe de musiciens japonnais qui supporte les filles en concert. Au tout début, BABYMETAL était un groupe d’idoles japonaises et jouait sans aucun groupe et faisait du lip-sync tout en dansant sur une bande-son, après elles ont commencé à vraiment chanter et les producteurs ont ajouté un faux groupe déguisé en squelette «les BabyBones» derrière les filles afin de faire des concerts, mais faute de budget, ce n’était pas de vrais musiciens et ce n’était que de la mimique.

tumblr_n13c8lEZkt1sg6s4fo9_1280

C’est à partir de l’été dernier que Kobametal à ajouté un vrai groupe en concert, surnommé Kami Band, et qui suit BABYMETAL partout en tournée afin de donner une crédibilité au groupe sur la scène metal. Les membres permanents du Jami Band sont Takayoshi Ohmura (guitar), Leda Cygnus (guitar), BOH (bass) et Aoyama Hideki (drum).

9- L’équipe de marketing est géniale.

L’équipe de marketing de l’agence Amuse Inc. et le producteur Kobametal sont des visionnaires hors-norme et ont mis au monde un groupe totalement décalé qui mélange toute sorte de style et ont réussie à en faire un monstre de marketing en même pas 4 ans. Déjà en 2012, le marketing prédestinait le groupe à la gloire totale. Pour preuve cette vidéo, c’est ultra kitch, mais ça fonctionne!

Les campagnes publicitaires et médiatiques me font penser aux belles années de KISS dans les années 70-80. Par exemple, chaque pays visité pendant la tournée mondiale présente une vidéo avec un message personnalisé pour chaque pays et afin de combler encore plus les fans et les rendre complètement gaga, elles s’enroulent dans un drapeau portant le logo du groupe aux couleurs du pays visité.
babymetal uk flag

Vous pouvez croire que c’est un peu nono, mais ce sont ces petites attentions qui font que le groupe est spécial et qu’elles remportent du succès. Comme ici, elles nous montrent le drapeau britannique! Ils ont créé une mythologie complète exprimée par des anime japonnais sur écran géant afin de présenter les aventures de YuiMetal, Su-Metal et MoaMetal, tout ceci guidé par l’esprit du dieu renard.

10- Les réseaux sociaux adorent BABYMETAL

Les réseaux sociaux, les buzz et YouTube jouent un grand rôle dans le succès de BABYMETAL. Il y a plus d’une centaine de groupe et de page Facebook dédiée au groupe provenant de tout les pays dans le monde et dans toutes les langues. Sur Twitter le hashtag #BABYMETAL est souvent dans les plus nommées et il ya même plusieurs comptes uniquement dédiés au groupe. Sur Tumblr c’est la même chose et présente des dizaines de blogues au nom du groupe. Les Pinterest, Instagram et autres regorgent également de photo de BABYMETAL et la beauté de la chose, ce ne sont pas les producteurs ou l’étiquette de disque qui poussent le groupe, ce sont les fans qui s’échangent des photos, des liens des vidéos.

Par ce fait, BABYMETAL a un armé de fans (Fandom) à travers le monde et celle-ci ne fait que croître et vous allez probablement être absorbé par la folie BABYMETAL d’ici quelques mois, quelques années, car vous savez quoi, elles ont le temps! elles n’ont que 15 et 16 ans, dans 10 ans, elles auront seulement 25 et 26 ans, ça leur laisse amplement le temps de vous séduire!!

Pour moi, il est trop tard, j’ai même démarré un megasite sur le groupe afin de diffuser à plus de monde possible mon obsession musicale, vous pouvez le visiter ici http://babymetal.net/

BABYMETAL en concert, le 9 août à Heavy Montréal. Le festival se tient le 8 août en ville, puis les 9 et 10 au Parc Jean-Drapeau. Programmation, détails et billets en vente sur heavymontreal.com.

Twitter est un arme de marketing redoutable quand il est bien utilisé!

11 – BONUS! Les médias japonnais supportent BABYMETAL et en sont fière.

Ici au Québec, nous avons plusieurs artistes qui font carrière dans le monde entier, mais malheureusement ceux-ci passent sous le radar médiatique. Il a fallut que Arcade Fires gagne l’album de l’année au Grammy pour que les médias commencent à en parler du bout des lèvre et ce n’était pas avec gaieté de cœur et que l’ADISQ les reconnaissent.

Présentement nous avons Alissa White-Gluz qui chantent pour un des plus gros groupes metal au monde, Arch Enemy, et qui fait une tournée mondiale et récolte des millions de visionnements YouTube et AUCUN média québécois n’en parle, ils snobent cette nouvelle et préfèrent nous enfoncer dans la gorge des pseudogroupes hipster poche ou autre chanteur supporté par l’ADISQ, sinon on essaye de nous faire à croire que Dead Obies est un groupe important…

Au Japon, c’est une tout autre chose, les grands médias parlent de BABYMETAL. Même que les filles ont rencontré officiellement les gens de l’organisation Cool Japan. Les émissions matinales et le journal télévisé de fin de soirée parlent de BABYMETAL et suivent la tournée des filles en Europe et aux États-Unis et en sont fière. Au Québec, nos artistes qui font des carrières internationales sont ignorés, voire même méprisés par l’intelligentsia artistique, parce qu’ils ont décidé d’exprimer leur art dans la langue de Shakespeare. Vous ne verrez jamais Alissa White-Gluz au bulletin de nouvelle TVA ou à la SRC.

BABYMETAL: les musiciens derrière le phénomène japonais

Ce texte est une adaptation intégrale de l’article publié par ryotaroao sur le blog donotcrossthestreams·

Le groupe d’idoles heavy métal BABYMETAL a vraisemblablement conquis le monde récemment : elles ont fait l’objet d’articles dans des journaux tels que le USA Today, le Huffington Post, et même The Guardian.

8f130418cyzo1305

C’est toujours excitant quand un artiste japonais attire l’attention d’un média occidental, mais, malheureusement, il semble y avoir une tendance claire dans chacune de ces pièces. C’est particulièrement le cas quand les artistes sont des groupes aussi excentriques et flamboyants que BABYMETAL :

«Ils sont fous, ces japonais.»

Et puis, évidemment, il y a toujours la section des commentaires, qui, dans le cas de BABYMETAL, est remplie de n’importe quoi, de l’étonnement le plus grand au dégoût, y compris de commentaires disant que «ce n’est pas du métal» ou que «Slayer détesterait ça». Les allégations disant que les trois jeunes filles du groupes n’aiment pas le métal ne fait qu’ajouter de l’huile sur le feu. (Cela n’importe pas vraiment, de toute façon : ce sont des idoles. Les Perfume n’aimaient pas l’électro-pop quand elles ont commencé.)

Ces réactions sont faciles à comprendre. Non seulement ce type de musique n’existe pas en Occident, mais la plupart des articles présentant BABYMETAL ont seulement dénoté la bizarrerie et la folie derrière le groupe sans qu’il y ait eu de véritable recherche sur le talent créatif ou une tentative d’explication du contexte culturel derrière ce projet.

Il est important de prendre note des tendances récentes dans la musique populaire japonaise en parlant de ce groupe : «la folie des idoles» subsiste au Japon depuis au moins cinq ans, avec des groupes tels qu’AKB48, Momoiro Clover Z, Dempagumi Inc., BiS et Bellring Shojo Heart qui se sont emparés de presque chaque aspect de la culture musicale. Les idoles existent dans la musique japonaise depuis toujours, mais, comme c’est le cas avec tout au 21e siècle, il y a une saturation complète depuis les quelques dernières années.

Dernières nouvelles:

En plus de Crayon Pop et Hatsune Miku, Lady Gaga s’offre un nouvel artiste asiatique au buzz international : BABYMETAL. Le trio idol-metal japonais assurera la première partie de la tournée artRAVE : the ARTPOP ball du 30 juillet au 6 août 2014 (5 dates américaines). BABYMETAL profitera de ce voyage pour donner un concert solo le 27 juillet au Fonda Theatre de Los Angeles, avant de s’envoler pour Montréal au Canada. Plus tôt en Europe, BABYMETAL est déjà salle comble pour son concert solo en Angleterre (2300 places après un changement de salle pour répondre à la demande) et se produira notamment à La Cigale le 1er juillet.

4622_0_4622
Il est aussi important de prendre en considération le fonctionnement de la scène musicale et de l’industrie au Japon. Probablement plus que dans tout autre pays, le fossé entre la musique populaire dominante et indépendante est massif. Cela a créé une scène pop très proprette et préfabriquée, et une scène marginale très avant-garde et isolée. Dans un tel paysage musical, il est difficile pour les musiciens d’avant-garde de percer dans la scène populaire ou de gagner sa vie en faisant de la musique. Certains ont réduit le fossé en ayant leur propre groupe avec une communauté de fans dévouée mais limitée, tout en fournissant de la musique à des chanteurs pop plus populaires, et bien sûr, à des groupes d’idoles.

Les groupes d’idoles ont également bénéficié de cela, puisque la tendance semble présentement de tenter d’être plus «cool» et bizarre que tous les autres. Des groupes comme Momoiro Clover Z et BiS ont réussi en visant un certain groupe de fans d’une sous-culture particulière et en engageant des musiciens ayant la cote auprès de cette sous-culture afin de rendre la musique et le projet plus authentique et légitime. C’est donc un peu ironique quand les gens doutent de la «métalité» d’un groupe comme BABYMETAL : sa génétique a été fabriquée tout spécialement pour répondre à certains critères. En d’autres mots, elles sont si métal, du moins, musicalement et esthétiquement. (Idéologiquement, c’est une tout autre histoire, mais notre collègue contributeur à Japan Times et partenaire à Quit Your Band a déjà discuté du malaise lié à la combinaison d’une sous-culture et de musique commercialisée, alors je n’irai pas vraiment jusque là.)

Ceci nous amène vers l’équipe de créatifs derrière BABYMETAL. Bien qu’il n’y ait pas de producteur principal auquel le groupe se réfère (comme c’est le cas, par exemple, avec Tsunku pour Morning Musume), il est évident qu’il y a une petite équipe de musiciens qui travaille sur le matériel.

Un des producteurs se démarquant le plus est Narasaki du groupe métai/shoegaze Coaltar Of The Deepers. Narasaki a été reconnu dans les quelques dernières années pour la production de bandes sonores d’anime et pour avoir contribué quelques pistes à Momoiro Clover Z telles que «Pinky Jones», «Kuroi Shuumatsu» et «Birth Ø Birth».

BABYMETAL seront à Montréal, au Québec, le 9 août prochain dans le cadre du festival Heavy Montréal
BABYMETAL seront à Montréal, au Québec, le 9 août prochain dans le cadre du festival Heavy Montréal

Narasaki connaît son métal. Bien que son groupe sonne rarement très métal, il y a eu de bonnes démonstrations de «thrash» de la part de Narasaki dans sa reprise de «Killing An Arab» et de «Mars Attacks!» du deuxième album du groupe. Écoutez la chanson «Kuroi Shuumatsu» de Momoiro Clover, et vous y entendrez plein de références à Black Sabbath.

Jusqu’à présent, les contributions de Narasaki à BABYMETAL ont été «Headbanger» et le b-side «Catch Me If You Can». Cette dernière sonne beaucoup comme Coaltar Of The Deepers; comparez-la à la piste de métal industriel «Dead By Dawn» de l’album Penguin, et on dirait qu’elles sortent des mêmes sessions d’enregistrement.

Dans ce contexte, la piste passe soudainement d’une petite chanson mignonne sur le jeu de cache-cache à un extrait de Coaltar Of The Deepers. On pourrait dire cela pour d’autres producteurs japonais. Qui n’affirmerait pas qu’un single de Kyary Pamyu Pamyu aurait paru paraître sur un album de Capsule ou qu’une chanson de Momoiro Clover Z n’aurait pas pu se retrouver sur un disque de Hyadain (ou de Go! Team)?

283559d645bd480022fd6b6f9134c4e6

La musique d’idoles est devenu le terrain de jeu privilégié de plusieurs musiciens. Bien que certains aient leurs propres groupes plus intéressants, il est difficile pour ces musiciens de vivre de leur musique en raison du créneau particulier de leur matériel et du simple fait que ces genres n’ont pas assez d’appui généralement au Japon. Cela explique pourquoi des gens comme AxSxE du groupe post-rock Natsumen écrivent une chanson comme «L. Drunk» pour Kaela Kimura.

Un autre producteur qui se démarque est Takeshi Ueda, mieux connu pour son rôle de bassiste pour Mad Capsule Markets et son projet solo AA=. Sa chanson est «Gimme Choco», une des pistes tournant le plus sur Internet et certainement un des morceaux phares du nouvel album. «Gimme Choco» joint l’électro-pop au métal, mais Ueda le fait avec goût à l’aide d’un interlude accrocheur parsemé d’auto-tune, et, aussi, des effets qu’on entendrait sur un disque de Mad Capsule Markets. Cependant, les éléments électroniques ne tendent jamais vers le kitsch (d’autres pistes sur l’album en sont davantage coupables), et il est évident qu’Ueda se trouve en terrain familier.

Parmi les autres contributeurs, on retrouve Norimetal alias Norizo du groupe Dugout, qui a écrit le single «Megitsune», ainsi que Yuyoyuppe, un producteur de vocaloid, DJ et musicien rock. Dugout ne sont pas du tout métal, mais ils faisaient parti de la scène Hachioji aux côtés de groupes tels que Maximum The Hormone (le chanteur Daisuke Tsuda de Maximum The Hormone était le batteur de Dugout à l’origine), qui ont déroulé le tapis rouge pour ces hybrides J-pop/métal d’une certaine manière. Au départ, Dugout écrivaient des chansons pop punk et ont évolué vers un style garage des années 60. Dans tous les cas, ils écrivent de petites chansons de rock indépendant accrocheuses. («Megitsune» a le refrain le plus solide de toutes les chansons de l’album, et elle est probablement ma piste préférée.)

En lisant les remerciements, le nom de Yuyoyuppe revient le plus souvent, et il semble impliqué en apportant des arrangements métal à des compositeurs qui ne sont pas métal autrement. Il a écrit Akumu no Wa kyoku et a arrangé trois autres chansons, dont «BABYMETAL Death» et «Megitsune».

Le mélange d’EDM et de métal sonne tout juste comme le groupe de Yuyoyuppe, portant l’excellent nom de My Eggplant Died Yesterday. Bien qu’honnêtement je ne sois pas un gros fan des pistes de Yuyoyuppe, il est évident qu’il a une maîtrise de la musique heavy malgré les moments ringards à la sauce Skrillex. On voit que Narasaki comprend mieux le métal que Yuyoyuppe en écoutant ses pistes à la suite des siennes. Toutefois, Narasaki fait son travail depuis beaucoup plus longtemps, alors ce n’est pas une comparaison très juste.

Un autre nom intéressant dans la liste est Tatsuo, le guitariste du groupe Everset. Il est aussi connu pour son rôle de producteur et ses arrangements des chansons du phénomène «air band» Golden Bomber, qui a pris le pays d’assaut avec son single «Memeshikute». Comme il n’y a qu’un seul membre de Golden Bomber qui joue d’un instrument (les autres miment la musique), on pourrait affirmer que Tatsuo est Golden Bomber. Le groupe est essentiellement une parodie (je les trouve amusants mais mauvais), mais ils ont de forts liens avec la scène visual kei au Japon par leur présence dans la scène plus d’une décennie avant de devenir populaires. Tatsuo a arrangé deux pistes sur l’album, «Onedari Daisakusen» et «4 No Uta» (qui réutilise le «spider-riff» de «Master Of Puppets» de Metallica note pour note.)

La connexion entre BABYMETAL et le visual kei est importante: certaines chansons comme «Headbanger»» et «Ijime, Dame, Zettai» ont été accusées de «ne pas être du métal». En regardant ces chansons d’un point de vue visual kei, elles prennent soudainement du sens. Les deux chansons ressemblent plus à du X Japan qu’à n’importe quelle piste de Slayer. Même Narasaki a admis dans une entrevue que son inspiration pour «Headbanger» était davantage le visual kei que le heavy métal et que la chanson sonne intentionnellement comme «du métal fait par un gars de visual kei japonais qui ne comprend pas vraiment le métal».

1g110600dokimo

Écouter ce nouvel album dans le contexte d’un hybride visual kei/death métal nous le fait voir sous un autre jour et nous donne un aperçu de l’intention des créateurs. Le produit final est un album qui est probablement le mélange de mélodies kayokyoku et de métal le plus raffiné possible, ce que beaucoup de groupes visual kei ont essayé de faire à la fin des années 80 et au début des années 90. En tant que fan de Narasaki tout simplement, il est excitant de l’entendre complètement métal sur ces pistes, une chose qu’il fait rarement pour Coaltar Of The Deeper. Il est aussi intéressant d’entendre les chansons dans le contexte de sa discographie étendue, qui inclut son matériel musical d’idoles et d’anime (ainsi que plusieurs projets secondaires comme l’électronique Sadesper Record.) On peut entendre la différence entre une chanson d’idoles produite par un gars dans sa chambre qui n’a jamais été dans un groupe et une piste produite par quelqu’un qui a de l’expérience en tournée et en enregistrement dans la scène musicale indépendante.

Lorsque Dom Lawson du journal The Guardian prétend que le groupe a été formé par un «génie machiavélique ayant presque certainement eu un éclair de génie au milieu de la nuit quand il s’est rendu compte que les japonais allaient adopter inconditionnellement un mélange d’idées musicales aux apparences incongrues», il ne fait que toucher à la couche superficielle: ce mélange existe déjà depuis un bon moment. Ce n’est que la manière dont la musique d’idoles est vendue ces temps-ci : on prend un créneau musical particulier, on implique des gens de la scène dans la production des chansons, puis on exploite les côtés disparates de la musique. Bien franchement, il est assez triste que les groupes et les musiciens ne puissent pas vivre avec leurs propres groupes tout simplement. Néanmoins, s’il y a quelque chose de bon à tirer de tout le côté commercial, c’est que certains de ces gens talentueux font entendre leurs oeuvres et que des groupes comme BABYMETAL puissent devenir la drogue d’introduction d’un jeune au monde du métal et de la scène indépendante japonaise.

Oui, c’est préfabriqué. Oui, c’est ridicule. Mais ce n’est pas tout. Il y a des groupes géniaux derrière le mignon et le commercial. Vous n’avez qu’à creuser un peu plus loin.

Source: Do Not Cross The Streams WordPress